Retour à la page d'accueil de Anne-Catherine Dandrifosse

Se faire opérer pour soigner l'obésité?

La chirurgie de l’obésité est à l’heure actuelle le traitement médical le plus efficace sur le long terme.

Mise au point préopératoire

Dans un premier temps, il est primordial d’envisager des solutions non chirurgicales pour soigner l’obésité. Si des régimes classiques à répétition combinés à une activité sportive régulière se sont avérés inefficaces alors la chirurgie de l’obésité devient envisageable, à condition également que d’autres critères notamment de poids soient remplis.
Il est important de préciser que l’opération visant à soigner l’obésité ne s’adresse pas aux individus qui n’ont rien tenté au préalable. Ce type de chirurgie s’applique aux personnes qui ont déjà multiplié les efforts pour y arriver seul mais qui ont impérativement besoin d’une aide extérieure pour amorcer un nouveau chapitre de vie.
La chirurgie n’est pas une solution de facilité. C’est un outil pour aider le patient à se réconcilier avec une alimentation équilibrée et à adopter des habitudes plus saines et de les maintenir sur le long terme.



Pour que cet outil soit le plus efficace possible, il incombe au patient avec l’aide des professionnels de la santé qu’il aura choisi d’établir un plan préparatoire préalablement à l’opération chirurgicale. Le but est de bénéficier d’une bonne préparation, d’une bonne information concernant les aspects psychologiques, diététiques et médicaux de cette chirurgie. Médecins traitants, médecins nutritionnistes, diététiciens, psychologues, psychiatres, médecins internistes, anesthésistes et peut-être d’autres encore seront là, en fonction des besoins, pour soutenir la prise en charge pré et ensuite post opératoire.
Grâce à cet encadrement médical, nutritionnel et psychologique, le patient doit, avant de se faire opérer, cerner le mieux possible les causes de sa maladie afin d’y remédier avec l’aide de l’intervention chirurgicale et des conseils des professionnels qui vous entourent.
Il est enfin recommandé de suivre un régime protéiné une à deux semaines avant l’opération de façon à amorcer la perte de poids.

Quelles sont les conditions de remboursement ?

La loi belge stipule dans le Moniteur Belge qu’il faut remplir diverses conditions pour se voir rembourser une intervention chirurgicale pour soigner l’obésité. Les voici :

  • Il faut être âgé au minimum de 18 ans ;
  • Il faut avoir multiplié sérieusement les essais pour perdre du poids pendant une année au moins ;
  • Il faut avoir un IMC supérieur ou égal à 40 ou supérieur ou égal à 35 si le patient, en plus de l’obésité, souffre de diabète, d’hypertension (résistante à trois traitements), du syndrome d’apnée du sommeil appareillé, ou devoir subir une nouvelle intervention à la suite de complications survenues lors d’une première opération bariatrique ;
  • Il faut que, préalablement à l’intervention chirurgicale, le médecin traitant ( en pratique : le chirurgien) du sujet obèse transmette un formulaire standard de notification au médecin-conseil de l’organisme-assureur ;
  • Il faut enfin que l’Hôpital assurant l’intervention du patient obèse tienne un registre de l’ensemble des interventions bariatriques dont les modalités sont établies par le Comité de l’assurance.

Si ces critères vous correspondent et que vous êtes en ordre de mutuelle et d’assurance complémentaire, vous serez remboursés de la majeure partie des frais encourus par une intervention chirurgicale bariatrique suivi d’un séjour hospitalier en chambre commune. Si toutefois vous optez pour une chambre particulière, il en va autrement et les frais engagés peuvent être élevés. Le plus prudent est d’en discuter préalablement avec votre mutuelle, votre assurance et votre praticien pour savoir exactement à quel degré de remboursement vous avez droit.

Complications pouvant survenir pendant ou après la chirurgie bariatrique

Toute chirurgie, quelle qu’elle soit, peut connaître des complications. Celles-ci peuvent survenir des suites de l’anesthésie ou de l’opération elle-même, et sont susceptibles de se manifester tant pendant qu’après l’intervention chirurgicale. Nous ne mentionnons ici que les complications les plus fréquentes et en fonction du profil d’un patient, certaines sont plus fréquentes que d’autres. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive et ceci doit être discuté en consultation avec vos médecins.

Complications liées à l’anesthésie chez un sujet obèse

Le risque de complications liées à l’anesthésie chez un sujet obèse est majoré pour les raisons qui suivent :

  • Les fonctions cardio-vasculaires du patient sont modifiées
  • Les fonctions respiratoires chez les obèses sont différentes
  • Le risque thromboembolique est accru
  • La présence d’antécédents liés au poids tels l’hypertension artérielle, le diabète ou les apnées du sommeil doit être pris en compte.

Complications liées à l’intervention bariatrique en elle-même

Ces complications varient en fonction de la nature de l’opération choisie par le patient et son chirurgien mais certains restent communes à tout acte chirurgical. Certains soucis peuvent survenir rapidement, d’autres sur le long terme. Nous ne citons que les complications les plus fréquentes.

  • Pour le by-pass gastrique et la sleeve gastrectomy: mauvaise cicatrisation (fistule, abcès, péritonite), perforation d’un viscère, saignement, embolie pulmonaire, infection respiratoire, reflux oesophagien (plus fréquent pour la sleeve gastrectomy), ulcère, rétrécissement (sténose) , carence en vitamines (plus fréquent pour le bypass), problème de cicatrisation d’une plaie cutanée, hypoglycémies, occlusions, perte de cheveux.
  • Pour l’anneau gastrique : la plupart des complications surviennent sur le long terme : migration de l’anneau, étranglement de l’estomac par l’anneau, œsophage qui se dilate (mégaoesophage), problèmes sur le boîtier.

Contactez-nous
Contactez-nous
Contactez-nous